FrEn off

Sun-Lutang.com

Les pas vifs de Sun Lutang

La capacité de Sun à mettre en pratique les méthodes de travail des pas rapides du Ba Gua Zhang et les changements vifs de directions était légendaire. Sun Jian Yun se remémore qu’à une occasion, Sun partit rendre visite à un ami. Lorsque l’ami en question entendit le fracas de la porte d’entrée constituée de bambou, il mit sa tête dans la pièce pour savoir ce que c’était. Sun avait déjà traversé la pièce et était assit sur une chaise de l’autre côté. L’ami s’exclama, « Comment êtes-vous arrivé ici si rapidement ?» Sun dit, « Cela provient de la pratique du Ba Gua Zhang.»

            A une autre occasion, un artiste martial célèbre surnommé « Nez » Li voulut défier Sun. Tous ses amis lui dirent qu’il était fou de se mesurer à Sun car celui-ci était trop rapide. Li s’entêta et Sun finalement accepta le défi. Les deux se firent face et avant que Li ne puisse se préparer, Sun était déjà derrière lui et lui asséna un coup de pied dans le dos. Les gens ayant assisté au combat dirent à Li qu’il n’aurait même pas dû essayer de défier quelqu’un d’aussi rapide que Sun.

            En 1928 Sun se rendit à Shanghai pour enseigner dans une grande école associative d’arts martiaux. Lorsqu’il arriva, il y avait ici 30 ou 40 personnes désireuses de le voir démontrer sa légendaire habileté. Sun dit, « vous tous pouvez me poursuivre, si l’un d’entre vous parvient à attraper ma manche ou ma robe, alors vous détenez le véritable Gong Fu. » Tous le pourchassèrent ensemble autour de la pièce, mais aucun d’entre eux ne put l’attraper, ni lui ni ses vêtements.

            En 1931, lorsque Sun Jian Yun était âgée de 17 ans, elle fit l’expérience par elle-même du jeu de jambes rapide de son père. Il visitait alors une école d’arts martiaux dans une région montagneuse de Chine. Sun, qui était alors âgé de 70 ans, et qui traînait derrière lui une canne partout où il allait, demanda à ses étudiants de le poursuivre tout en haut d’une colline. Ils coururent tous très rapidement, y compris Sun Jian Yun, Mais ils ne purent rivaliser avec lui. Lorsqu’ils gagnèrent le sommet, il attendait en haut, dans une embrasure, ne montrant aucun signe de fatigue. Il dit, « vous avez tous l’air d’avoir besoin d’une pause.»

            Le professeur de Ba Gua Liu Xing Han, âgé aujourd’hui de 85 ans, de Pékin, nous rapporte que lorsqu’il était jeune et étudiait avec son professeur Liu Bin, Sun venait le voir, et souvent l’aidait dans sa pratique lorsqu’il rendait visite à son ami Liu Bin. Sun et Liu Bin était camarades sous l’égide de Cheng Ting Hua. Liu Xing Han se rappelle que chaque fois que Sun Lu Tang l’observait marcher sur le cercle Sun hurlait, « Plus vite, plus vite ! ». Sun était bien réputé pour son jeu de jambes rapide et il soulignait toujours ce composant de la pratique du Ba Gua Zhang lorsqu’il enseignait à ses étudiants.

            Sun Jian Yun nous rapporte que son père fut toujours très respectueux de sa mère. Sa tombe se situait à environ une quinzaine de kilomètres de l’endroit où ils résidaient lorsqu’ils se trouvaient à Bao Ding. Elle dit qu’à une occasion, Sun parcourut les quinze kilomètres qui les séparaient de la tombe de sa mère en s’inclinant tous les cinq pas. Il marchait si rapidement que, bien qu’il s’arrêtait pour se prosterner, les élèves qui l’accompagnaient endurèrent de difficiles moments afin de le suivre.

            Les démonstrations de Sun ne se limitèrent pas à sa seule capacité à se mouvoir rapidement. Une fois, alors qu’il visitait l’académie martiale de Jiangsu, les fonctionnaires de l’école lui demandèrent d’effectuer une démonstration. La pièce dans laquelle ils se trouvaient était petite et bondée de personnes. Il n’y avait aucune autre pièce où aller aux alentours, alors Sun se rendit vers un mur et plaça le tranchant d’un de ses pieds contre le coin du mur (où sol et mur se rejoignent) et se tint debout avec son épaule et le plat de son bras contre le mur (le bras était suspendu sur le côté). Il décolla ensuite l’autre jambe du sol par l’élévation de son genou aussi haut qu’il pût. Ses pied, épaule, et bras restèrent parfaitement contre le mur. Le groupe regarda Sun comme pour dire, « Ce n’est guère impressionnant.» Sun dit, « Pourquoi n’essaieriez-vous pas cela?» Aussi bien qu’ils puissent tenter, aucun d’entre eux ne put maintenir son équilibre. Pour celui qui n’a pas été entraîné, demeurer dans cette position contre le mur et basculer le poids de la jambe dans celle qui est contre le mur est irréalisable. Ils demandèrent à Sun, « Comment parvenez-vous à cela ? » Sun répliqua que son corps n’avait pas de centre d’équilibre. Son corps tout entier était un centre.