FrEn off

Sun-Lutang.com

La première génération de Maîtres du Bagua Quan

C'est très tardivement que le terme "Zhang" fut employé pour désigner cette boxe circulaire, tant sont utilisées les paumes ouvertes (Quan 拳signifiant boxe ou poing, et Zhang 章 signifiant paume).

Précisons ici que José Carmona , qui a mené une étude relativement sérieuse sur la pluralité des boxes en Chine différencie clairement le Bagua Quan du Bagua Zhang dans son ouvrage " De Shaolin à Wudang".

En effet pour lui le Bagua Quan serait une boxe des régions du Hebei, et du Shandong pratiquée déjà sous le règne de l'empereur Qianlong (1736-1796 (période de règne)).

Pendant la période Jiaqing (1796-1821), Liu Yulong, natif de Laoyang dans la province du Hebei, l'étudia auprès de deux professeurs : Guo Luoyun de Guanxian dans le Shandong et Zhang Guang dans le Hebei.

Voici la partie qui nous intéresse : Le Bagua Quan se caractérise par des techniques directes puissantes relevant du système Chang Quan ("boxe longue" liée aux régions du Nord de la Chine). Il compte 24 formes à mains nues s'exécutant en ligne droite et réparties en trois groupes.

Ses armes sont le sabre, la lance, les béquilles, l'étoile filante, les doubles crochets, le "Ji" (une lance dont la pointe est flanquée de deux croissants de lune).

La confusion que nous présentons ici provient du fait que Sun Lutang nommait l'art qu'il avait reçu et qu'il enseignait le Bagua Quan également. En atteste le titre de l'ouvrage qu'il a écrit sur le sujet.

Il faut comprendre qu'une relation avec les huit trigrammes peut être établie dans beaucoup de domaines en Chine. Il est donc ici clair que ce qu'évoque Monsieur Carmona est un style de boxe ayant même dénomination que l'art de Sun Lutang, mais aux antipodes, ne serait-ce que par son registre linéaire et ne détenant pas le moindre lien généalogique avec ce que Dong a pu apprendre de son Maître, Bi Deng Xia.

Le véritable Bagua de Dong Hai Chuan se résumait donc à l'apprentissage de la boxe des Luo Han Quan, de l'apprentissage de la marche en cercle, la pratique des "8 paumes anciennes", ou "8 paumes mères", ainsi que les manoeuvres de simple et double changements de paumes.

Dong Hai Chuan avait pour habitude de n'enseigner non seulement qu'à des gens ayant pratiqué les arts martiaux, mais selon certaines sources, ces mêmes personnes devaient toutes être déjà des Maîtres dans leurs disciplines respectives.

L'on se figurera bien vite la suite : s'appropriant les principes du Bagua, ces disciples directs y mêlèrent leurs techniques initiales, chacunes issues d'un système martial antérieur.

L'on trouve donc non pas un Bagua Quan mais DES Bagua Quan, plusieurs boxes des huit trigrammes, mettant l'emphase évidemment sur les principes enseignés par le Maître Dong, mais ajoutant également leurs propres perceptions et influences.

Ainsi l'on retrouve comme le cite avec exactitude entre autres Mr Wong Tun Ken mais aussi bien d'autres :

 

  • Cheng Ting Hua et le Cheng Ba Gua Zhang:  Bagua influencé de lutte Shuai Jiao et mongole, comportant beaucoup de projections. Les mouvements sont très bas et comportent beaucoup d'ingrédients repris par toutes les écoles : gueule du tigre arrondie, pas dans la boue "Tang Ni Bu", mouvements exécutés sur le cercle, position des mains doigts séparés.. etc. Sun Lu Tang étudiera ce système.
  • Yin Fu et le Yin Ba Gua Zhang: Yin Fu dit " Yin le Maigre" fut l'élève qui resta le plus longtemps avec Dong Hai Chuan, près de 20 années. Il pratiquait la boxe des Luohan de Shaolin et le Tan Tui (d'autres soutiennent qu'il aimait également à pratiquer le style de la Grue Blanche). Ses techniques sont variées et nombreuses à cause des ajouts que ses élèves ont produit. On retrouve dans son Bagua des piques et des accélérations classiques des boxes externes liées au Shaolin. Le déploiement de la force est donc de type "Ciel postérieur", c'est à dire sec, vif, net et ferme. Les déplacements suivent parfois des mouvements rectilignes.La marche est normale, mais plus rapide que dans les autres styles. Une des caractéristiques majeures de son Bagua est l'agencement de la paume en "langue de boeuf" où les doigts sont solidarisés, le pouce replié, et contre la paume, exactement comme dans les styles de Shaolin.
  • Fan Zhi Yong et le Fan Ba Gua Zhang: Surnommé "Fan le Fou", il pratiqua avec Dong Hai Chuan. Sa forme de tranchant de la paume est en "tuile ronde". Il a lui aussi avant de découvrir le Bagua, pratiqué les styles de Shaolin dont le Tantui (Jambes élastiques ou fouettantes). La marche se déroule principalement en triangle, les mouvements sont serrés, légers et rapides et souvent se déploient dans les huit directions ou entre les neuf palais. Pour Fan, la marche en cercle, bien qu'importante reste secondaire, ce qui le différencia très nettement des autres styles. Du fait de ses tendances conservatrices, il n'eut que peu d'élèves.
  • Liang Zheng Pu et le Liang Ba Gua Zhang: Elève de Dong Hai Chuan, Liang Zheng Pu avait pratiqué la boxe "Tan Tui" depuis l'âge de 7 ans. En 1876, il se rend à Pékin et confectionne des vêtements , ce qui lui vaudra le sobriquet de "Liang le Frippier". Ses techniques déploient leur force essentiellement derrière ou sur le côté de l'adversaire. Cette lignée fut semble-t-il développée à Pékin par deux de ses élèves principaux : Li Zi-Ming et Guo Gu-Ming. On y trouve encore aujourd'hui le Maître expert Ma Chuan Xu.
  • Liu Feng Chun et le Liu Ba Gua Zhang : Liu Feng-Chun fut l'élève de Dong hai Chuan, mais surtout de Cheng Ting Hua. Ses techniques sont simples, épurées et efficaces, toutes orientées vers le combat. Ce courant s'est surtout développé dans la province du Hebei.
  • Zhang Zhao Dong ( ou Zhang Zhan Kui) et le Xing Yi Ba Gua Zhang: Zhang Zhao-Dong, élève de Dong Hai Chuan, associa la puissance du Xing Yi Quan et de ses Fajin (Boxe de la forme et de l'intention) qu'il détenait de Liu Qilan, au Bagua qu'il détenait de Dong hai Chuan. Il fut introduit auprès de Liu Qilan par le Maître Li Cun Yi. Il enseigna à Tianjin et à Shanghaï. Son Bagua est l'un des plus pratiqué avec ceux de Yin Fu et et de Cheng Ting Hua. Ses mouvements sont très ouverts et étendus, ils comportent de nombreuses manifestations de puissance explosive (Fajin).

 

Cette liste présente les élèves de la première génération de Bagua après Dong Hai Chuan, et ne figure en aucun cas la totalité des lignées de Bagua actuelles. Après l'étude de la seconde et troisième génération, voire quatrième, nous aurons approximativement fait le tour de la majorité des lignées.

 

Retenons comme noms pour la première génération:

 

  1. Cheng Ting Hua
  2. Yin Fu
  3. Zhang Zhao Dong
  4. Liang Zheng Pu
  5. Liu Feng Chun
  6. Liu De Kuan
  7. Fan Zhi Yong
  8. Quan Kai Ding
  9. Yin de An
  10. Wei Ji
  11. Wang Li De
  12. Ruan Ge Zhen
  13. Liu Bao Zheng
  14. Cao Yi Sheng
  15. Gu Feng Ming
  16. Li Cun Yi
  17. Cheng Dian Hua
  18. Song Shi Rong
  19. Song Chang Rong
  20. Ma Weiqi
  21. Song Yong Xiang
  22. Shi Ji Dong